Skip to main content

Nuages brillants nocturnes et changement climatique

Des séries de mesures prises sur de longs intervalles de temps indiquent que la température mésosphérique moyenne a diminué sensiblement ces cinquante dernières années, de plusieurs dizaines de degrés. Cela est probablement dû à l'augmentation du dioxyde de carbone (CO2) liée aux activités humaines.

En effet, alors que le CO2 réchauffe l'atmosphère inférieure par absorption du rayonnement infrarouge, dans la mésosphère le CO2 émet du rayonnement infrarouge, dont la moitié s'echappe vers le haut. Cette perte d'énergie cause une diminution de la température.

Nuages de cristaux de glace à environ 80 km

Ces changements peuvent être vus à l'oeil nu, sous la forme des nuages mésosphériques polaires. Ces nuages se trouvent à très haute altitude: 80 km, alors que les nuages habituels se trouvent uniquement dans la troposphère. Les nuages mésosphériques polaires sont probablement composés de cristaux de glace et apparaissent après le coucher du Soleil, en lumière rasante.

Il faut des températures extrêmement basses pour condenser la vapeur d'eau aux pressions très faibles de la mésosphère. Ces nuages sont de plus en plus souvent visibles dans les pays nordiques: c'est un autre indice du changement global de l'état thermique de notre atmosphère. 

La très grande sensibilité de la mésosphère aux perturbations extérieures en fait un lieu privilégié pour tester notre connaissance de la physique et de la chimie atmosphérique, et pour nous prévenir des changements à venir dans la basse atmosphère

Nuages polairs mésosphériques. Photo de Lamont Poole, NASA Langley Research Center.