Skip to main content

Les autres articles de ce rapport d’activités illustrent la grande variété des résultats obtenus par les scientifiques de l’IASB. Leurs activités reposent largement sur des services de support tels que l’ingénierie, l’informatique, la communication, l’administration et l’infrastructure. Si le nombre total d’employés est resté inchangé depuis 2018, la proportion de scientifiques a augmenté, tandis que le personnel de soutien (principalement dans les départements d’ingénierie et d’informatique) a proportionnellement diminué.

C’est assez facile à expliquer.

  • D’une part, il s’agit de professions en pénurie qui, même si le besoin est grand et même si nous en avons les moyens, sont très difficiles à pourvoir.
  • D’autre part, les longues procédures SELOR pour ces profils non scientifiques jouent également un rôle.
Charts

Workforce 2020

Workforce 2019

Workforce 2018

Workforce 2017

Profil informatique :

Dans cette catégorie, en 2020, seuls 47% font partie du service de support informatique, qui fournit un soutien à l’ensemble de l’institut dans des domaines tels que l’infrastructure informatique, le réseau, l’informatique à haute performance, le stockage et la gestion des données. Les 53% restants sont payés sur des projets et travaillent au sein d’un service ou d’un projet spécifique.

Collaborateurs sous contrat externe :

Dans un souci d’exhaustivité, nous tenons à mentionner que l’effectif de l’IASB a été complété par 3 collaborateurs sous contrat externe tant en 2018 qu’en 2020. En 2018, il s’agissait de 2 personnes avec un contrat egov et d’une personne qui dépendait de l’Observatoire royal de Belgique mais qui a été mise à la disposition du B.USOC; en 2020, il s’agissait d’une personne avec un profil egov et de 2 personnes avec un contrat FNRS. Ces personnes n’ont pas été incluses dans nos graphiques.

Docteurs en sciences :

Le personnel de l’IASB se caractérise par un pourcentage élevé de docteurs. À la fin de 2020, pas moins de 81 des 161 membres du personnel (50%) étaient titulaires d’un doctorat. La grande majorité d’entre eux sont des scientifiques. En effet, 78% des 104 scientifiques ont obtenu un doctorat et 4% préparent actuellement une thèse de doctorat.

 

Toutes les statistiques de ce rapport d’activités sont calculées au 31 décembre de l’année concernée et se basent sur le nombre d’effectifs et non pas sur les ETP (équivalent temps plein).