Skip to main content

Un météore (communément appelé aussi 'étoile filante') est le phénomène lumineux qui résulte de l’interaction du météoroïde avec l’atmosphère terrestre. Les météoroïdes peuvent être détectés et étudiés au moyen d’observations optiques mais également au moyen d’observations radio.

Le récepteur capte l'onde radio réfléchie

Le principe de la détection radio des météores est simple: une onde radio est émise vers le ciel par un émetteur et couvre une région relativement importante du ciel à 100 km d’altitude.

Quand un météoroïde entre dans l’atmosphère avec une vitesse supersonique, il heurte les particules de la haute atmosphère et les ionise (arrache un ou plusieurs électrons). La traînée ionisée qui se forme dans le sillage du météore peut temporairement réfléchir l’onde radio vers le sol.

Le signal peut alors être capté par une station de réception au sol dont la fréquence est calée sur celle de l’émetteur: on parle 'd’écho de météore'.

Un echo de météore contient des informations sur la trajectoire, la vitesse et la masse

Sa durée peut varier d’une fraction de seconde à plusieurs secondes et dépend approximativement de la taille du météoroïde: plus il est grand, plus le signal sera long.

La majeure partie des échos de météores durent seulement une fraction de seconde. L’ analyse du signal reçu peut donner accès à des informations sur l’objet telles que sa trajectoire, sa vitesse ou sa masse. Les observations radio présentent deux avantages par rapport aux observations visuelles :

  1. les données peuvent être enregistrées 24h/24 et ne dépendent pas des conditions météorologiques
  2. elles permettent de détecter des objets de plus petite masse qui ne produisent pas de phénomène lumineux mais qui sont les plus nombreux.
Le principe de la détection radio des météores. Crédits: projet BRAMS.
Spectrogramme obtenu avec le réseau BRAMS le 12 août 2016 pendant le pic d’activité des Perséides. Les rectangles rouges correspondent à l’identification
manuelle des différents échos de météores. Crédits: projet BRAMS.